CommuniquéAu second tour ça sera la droite dure, la droite molle ou Villiers à Venir !

1 juin 2020

Une chose est certaine, ces élections municipales feront date, et ce pour plusieurs raisons. Au niveau global : la crise sanitaire, écologique et sociale que nous vivons et qui nous impose plus que jamais de repenser nos modes de vie. Un changement d’époque qui s’accompagne de ses répercussions politiques locales : l’ambiance de fin de règne de M. Bénisti, les alliances opportunistes allant des listes EELV-PC à celle de La République En Marche en passant par les Socialistes, mais surtout la percée citoyenne qu’inaugure notre mouvement – du jamais vu à Villiers-sur-Marne…

 

Villiérain.e.s, vous avez fait la démonstration de la force citoyenne !

En effet, notre démarche a fait ses preuves puisque votre soutien et votre confiance nous placent au second tour. Vos votes ont confirmé la force de notre mobilisation citoyenne et, à travers ce résultat, nous avons tous ensemble démontré qu’il existe à Villiers-sur-Marne le désir de faire de la politique autrement. 

C’est donc fort de cet élan que nous avons pris la décision de nous maintenir seul pour ce second tour. Si s’associer à M. Bénisti aurait été une trahison envers vous doublée d’un reniement de nos principes, nous ranger derrière l’alliance à peine née que déjà caduque entre Socialistes, Verts, MoDem et République en Marche l’aurait été tout autant. Eux tous ne représentent que les avatars d’un monde politique en fin de vie et le même parti : la droite – molle ou dure, c’est selon… 

 

Bénisti ou Massot-Pirus-Grenier = stagnation ou paralysie

Choisir le 28 juin M. Bénisti revient à faire le choix de la stagnation. Le choix de rallonger d’encore 6 ans une mandature de 25 ans dont le bilan a montré ses failles : bétonisation à tout va, destruction des espaces de solidarité et de nature, désert médical, culturel, sportif. Y préférer une coalition contre-nature et opportuniste revient à faire à l’opposé le choix de la paralysie. À la tête de cette coalition M. Massot (PS), l’homme qui se définissait au premier tour comme l’opposant de gauche à Villiers-sur-Marne, s’allie aujourd’hui via M. Pirus (LREM/MoDem) au parti présidentiel, et ce malgré la gestion autoritaire et mortifère de la crise du COVID-19 dont a fait preuve le président Macron. Vient s’ajouter à cette amitié nouvelle celle de M. Grenier d’EELV, l’opportuniste-roi, dont l’alliance n’est même pas soutenue par son propre parti. Ce-dernier, un jour ami de Villiers à Venir, l’autre des Communistes et des Gilets jaunes, aujourd’hui des Socialistes et des Macronistes, n’est en définitive ami de personne d’autre que ses intérêts particuliers… Comment imaginez-vous que toutes ces personnalités maintenant réunies puissent proposer un programme cohérent, le cas échéant gouverner ensemble quand, il y a encore quelques semaines, ils s’écharpaient sur presque tout ? 

Redisons-le : d’un côté la stagnation avec la droite dure et assumée de M. Bénisti, de l’autre la paralysie avec M. Massot et ses nouveaux amis de droite. Les premiers peuvent au moins être crédités de l’honnêteté d’avancer à découvert. Les seconds avanceront masqués, cacheront leurs étiquettes tant elles sont incompatibles, se la joueront Conseil National de la Résistance, la sainte alliance face à la crise, le tous-ensemble-contre-Bénisti et autres mots d’ordre creux du même type.

Pendant que certains abonnés absents travaillaient à leur alliance, notre tête de liste Adel Amara et tous les membres de Villiers à Venir étaient du côté de la politique, la vraie, celle de l’auto-organisation citoyenne. Notre bilan est simple : la création dès le 22 mars d’une plateforme d’entraide collaborative à Villiers-sur-Marne, la fabrication et la distribution de centaine de masques, la récolte et la distribution de plus de 3000 repas gratuits, la mise à disposition d’une assistance téléphonique, l’organisation de cours de sport en ligne, l’aide aux devoirs, une consultation citoyenne sur le déconfinement et 10 propositions portées à la mairie.

 

L’alternance se fera avec Villiers à Venir ou ne se fera pas

Nous faisons le choix d’ouvrir une troisième voie au milieu de ces deux impasses, celle de l’alternance authentique. Une alternance non de forme mais de fond qui repose sur des convictions fortes : l’écologie populaire, la démocratie citoyenne et la solidarité. Des mots qui dans notre bouche ne sonnent pas creux, que nous avons su incarner à travers notre campagne, mais surtout, ce qui est le plus important, par le biais de notre programme : 110 propositions concrètes pour Villiers-sur-Marne, pensées par les villiérain.e.s pour les villiérain.e.s.

D’ailleurs, en politique, seul le programme devrait parler. C’est pour cette raison que nous proposons aujourd’hui à MM. Bénisti et Massot l’organisation d’un débat autour de nos programmes respectifs. Un exercice qui nous semble indispensable pour faire vivre la démocratie et confronter nos idées dans une campagne qui ressemblera à aucune autre étant donnée la crise sanitaire que nous traversons.

L’équipe Villiers à Venir.