CommuniquéPropos nauséabonds, calomnies, pressions sur nos soutiens : les méthodes de l’équipe Massot

22 juin 2020

Qui ne dit mot consent

Nous le savions déjà avant de nous lancer en politique : dans ce milieu il y a la scène et les coulisses – et ces dernières sont souvent peu reluisantes. Le 18 juin dernier, nous avons eu le plaisir de partager sur nos réseaux sociaux une vidéo de soutien de David Belliard, candidat Europe Écologie les Verts (EELV) à la mairie de Paris. Dans la foulée, Jacques Grenier, 5ème colistier de la liste Rassemblés pour une ville humaine et écologique de Frédéric Massot, s’est empressé d’envoyer le mail ci-dessous à M. Belliard et des cadres d’EELV.

Visiblement ignorant de l’effet boomerang, Jacques Grenier ne s’était pas imaginé un seul instant que ces propos calomnieux, diffamatoires et nauséabonds pourraient parvenir jusqu’à nos oreilles. Plus inquiétant encore, son colistier Samuel Szymanski et sa tête de liste Frédéric Massot, tous deux en copie du mail, ne semblent pas plus surpris que cela par de tels propos. Qu’en penser ?

Quelques mois en arrière, Jacques Grenier jurait pourtant encore chercher des « points de désaccords » avec Villiers à Venir et nous proposait même de nous apporter un soutien financier de 10 000€ avec comme seule condition l’adhésion d’Adel Amara à EELV…

Les choses malheureusement ne s’arrêtent pas là. Étonnés par ce mail, nous avons samedi matin envoyé une copie écran de ces propos aux trois figures de ce « rassemblement pour une ville humaine » : Frédéric Massot, Jean-François Pirus et Jacques Grenier lui-même. À ce jour, seul M. Pirus a eu la décence d’appeler personnellement M. Amara pour se désolidariser de Jacques Grenier. Silence radio par contre du côté de la tête de liste Frédéric Massot et du colistier Jacques Grenier. Les occasions de s’expliquer n’ont pourtant pas manqué puisque nous nous sommes tous croisés ce dimanche au marché. Ce jour, Jean-François Pirus, Frédéric Massot et Jacques Grenier étaient même les uns à côté des autre pour une photo de famille.

Laissés sans réaction, MM. Massot et Grenier nous contraignent aujourd’hui à les interpeller publiquement pour qu’ils se positionnent sur ces propos. Nous demandons surtout à Jacques Grenier de les retirer et à MM. Massot, Pirus et  leurs colistier.e.s d’expliquer aux villiérain.e.s comment ils envisagent leur avenir politique avec un personnage qui tient ce type de propos. 

Plutôt que la calomnie, la dignité

Mais la liste de Frédéric Massot n’est pas à une calomnie près. Dimanche matin, leur colistière Ratiba Bentaleb a contacté Mirabelle Lemaire, candidate Insoumise de notre circonscription, pour que LFI retire son soutien à notre liste. Cette fois-ci, le mensonge portait sur une soit disant alliance avec Jacques-Alain Bénisti. À nouveau, effet boomerang, un mail nous est parvenu pour dénoncer cette grossière manoeuvre politicienne.

Sur ce mensonge aussi ils auraient pu s’expliquer puisque nous l’avons porté à leur connaissance – mais à cette heure-ci, une fois de plus, ils ont préféré garder le silence. Décidément, il semblerait que la courtoisie et le courage ne soient plus de mise de la part de Frédéric Massot et ses colistier.e.s. Ceci encore plus maintenant qu’ils nous voient soutenus par des personnalités politiques de haut rang tels que : Christian Favier (Président du Conseil départemental), Esther Benbassa (Sénatrice EELV), Éric Coquerel (Député LFI) et David Belliard (candidat EELV à la mairie de Paris).

Nous ne pensons pas en tout cas que de telles méthodes soient à la hauteur de la démocratie prônée si souvent par Frédéric Massot et ses colistier.e.s. Cette campagne municipale ne doit pas nous faire perdre les chemins de la décence. Soyons dignes.

À ce titre, M. Massot, sachez que vous avez d’ailleurs toujours la possibilité de vous exprimer publiquement devant les villiérain.e.s demain soir lors du débat qui se déroulera à 19h30 salle Émilie Carles.

L’équipe Villiers à Venir